mardi 31 mars 2015

Ebola en Côte d'Ivoire

Pas un seul cas d'Ebola signalé en Côte d'Ivoire, alors que c'est un pays d'Afrique de l'Ouest qui a même une frontière commune avec la Guinée et le Liberia, deux pays qui ont été fortement et mortellement frappés par l’épidémie! Bien entendu le niveau d'alerte était maximal (il a baissé depuis février) et le pays a du gérer cette crise et préparer a population.


Dans ce genre de crise, la communication a toute son importance et s'assurer qu'elle est efficace est obligatoire. Il ne suffit pas d'envoyer le message correct, il est nécessaire d'analyser la perception sociale,  de savoir comment réagit la population.
La connaissance idéale doit être assez fine, en segmentant par régions par exemple, car ce n'est pas la même chose dans la capitale ou dans un village, à la frontière d'un pays touché par l'Ebola qu'à des centaines de kilomètres, etc.
Il et important aussi de segmenter par sources, la presse, les réseaux sociaux, les blogs, etc... ce qui fournira une connaissance beaucoup plus riche et permettra la prise de décision afin d'apporter des ajustements précis si besoin est. Il est toujours pus facile de mettre en place des solutions aux problèmes dont on connaît les causes.

Nous nous contentons d'illustrer ce billet avec un seul exemple, de trop haut niveau à lui tout seul mais qui constitue un bon point de départ  dans une analytique 'top to bottom':


Ce graphique montre la perception sociale moyenne et son évolution sur une courte période d'un mois. On observe une oscillation avec un sentiment positif ou négatif selon l'actualité du moment.
Cela reflète bien l'état d'observation dans lequel se trouve le pays qui n'a pas connu de cas sur son territoire.
Il existe même un pic négatif, au milieu de cette période ou la population manifeste un sentiment négatif et l'impression d'être manipulée. Ce point là est très intéressant et nous avons étudié les influencers qui portent ce message, mais nous ne le publierons pas...